Le téléphone portable et la conduite

Selon les statistiques un accident sur 10 serait causé par l’usage du téléphone portable au volant. La réglementation en matière d’usage de celui-ci est stricte. Le non-respect des normes en vigueur, dans le meilleur des cas, peut se traduire par une amende un peu salée et, dans le pire des cas, par des préjudices corporels irréversibles, voire la mort. N’oublions pas que les accidents de la route se trouvent parmi les premières causes de la mort et la conduite avec le téléphone portable en mains ne peut qu’augmenter ce risque.

 interdire l'utilisation du téléphone au volantDe 1999 à 2011, l’usage du téléphone au volant a beaucoup augmenté. Au moment de l’apparition des premières statistiques, c’est-à-dire en 1999, seulement 19 % des conducteurs s’en servaient au volant, tandis qu’en 2011 ce chiffre a atteint 58 % des automobilistes. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est le fait que les gens restent indifférents aux appels préconisant. C’est le problème qui concerne notamment les jeunes entre 18-24 ans dont 76 % utilisent leur téléphone portable au volant (contre 30 % en 1999 et 44 % en 2004).

L’apparition du téléphone portable dans la vie de tous les jours a amené le législateur à modifier et préciser les sanctions encourues. La définition des comportements susceptibles de provoquer un accident a été élargie par le définition se référant à l’usage du téléphone portable. Le code de la route est clair en matière de sanctions et prévoit des amendes allant jusqu’à 700 euros, en cas d’une grave infraction, et le retrait de points de notre permis.

En effet, l’utilisation d’un mobile en voiture réduit considérablement capacité à réagir. N’oublions pas que, en conduisant, nous faisons travailler la vue et l’ouïe dont la perception est fortement diminuée par la conversation téléphonique. Une simple sonnerie est capable de détourner la concentration de la route. La réaction Les études ont démontré que l’automobiliste se servant de son portable au moment de la conduite a 3 fois plus de chances d’avoir un accident ou un accrochage que l’automobiliste respectant le code de la route. L’attention portée sur la conversation entraîne la chute de concentration et par conséquent le conducteur d’un véhicule ignore l’existence d’un rétroviseur, d’un angle mort ou d’un passage piéton.

l'utilisation du téléphone au volant

campagne contre l’utilisation de téléphones cellulaires au volant au Bangladesh

Et ne pensez pas être à l’abri du danger grâce à l’existence d’un kit mains libres qui apparemment réduit le risque. Parce que, si celui-ci n’est pas formellement interdit par la loi, il peut être considéré comme infraction. L’usager, qui n’est pas en état de conduire son véhicule commodément, encourt une amende définie par la loi comme s’il utilisait le téléphone portable ou tout autre objet l’empêchant de contrôler sa voiture et en cas d’accident, la responsabilité de l’automobiliste peut être retenue. Il est vrai que, grâce à une oreillette, un micro, un haut-parleur, le conducteur ne lâche pas le volant au moment de la conversation. Néanmoins il constitue un facteur de distraction capable de modifier notre perception visuelle et surtout auditive.

Pour éviter les accidents liés à l’usage du téléphone portable, il est nécessaire de mettre celui-ci en mode silencieux ou carrément il faut l’éteindre et rediriger les appels vers la messagerie automatique. Même en cas de force majeure, il faut obligatoirement se gare sur le bas-côté de la route, là où c’est permis, pour répondre au téléphone. Cela prend juste quelques minutes et pendant ce temps vous diminuez le risque d’un accident. Et si vous est accompagnés, tant mieux pour vous. Demandez à la personne assise à côté de décrocher à votre place.